Le deuxième jour, après la nuit dans un refuge, j'ai pris un bus du parc qui nous mène a Pudeto, l'endroit où l'on prend un catamaran pour traverser un lac et arriver au point de départ du chemin vers le Glacier Grey. En début d'après midi le soleil commence enfin à se montrer, et je commence la marche de 4 heures vers le glacier. J'ai passé la nuit dans un refuge, où j'ai rencontré une famille de français, avec qui j'ai sympathisé. C'est avec eux que j'ai fait le chemin du retour le lendemain vers l'entrée du parc. Il faisait moins beau, avec plus de vent, mais on ne peut pas se lasser des paysages incroyables.

C'est ça aussi le parc de Torres del Paine, cette sympathie de tous ceux qu'on croise sur le chemin. Si bien que si j'ai marché toute seule, je ne me suis jamais sentie en danger : tout est très bien balisé, et on croise des gens plus ou moins régulièrement sur son chemin. C'est l'occasion de se demander si on a encore beaucoup de route, ou de prendre une photo devant les beaux paysages. C'est une vraie parenthèse, au coeur de la Patagonie et de sa nature incroyable.

Jour 2 : vers le glacier Grey

Jour 3 : vers la sortie

C'était une journée avec du vent, et grise. Après s'être approché du glacier Grey, qui forme comme un mur de glace, nous avons pris le chemin vers l'entrée du parc. En Patagonie le temps peut changer très vite, heureusement nous n'avons pas eu de pluie pendant la marche.

Et pour la musique ?

Oui, je sais, normalement la musique d'Amélie Poulain fait penser à Paris. Et pourtant, c'est cette belle musique, parmi d'autres de Yann Tiersen, qui m'a accompagné en Patagonie. Ces notes se mariaient bien avec la beauté des paysages, avec le ciel bleu, les forêts et les lacs, et je vous en fait profiter!

Informations pratiques

Pour aller dans le parc de Torres del Paine, le point de départ inévitable est la ville de Puerto Natales. Là bas, on peut prendre les navettes qui vont au parc (on peut les réserver depuis son hébergement), on aussi peut louer ou acheter du matériel de camping. En général, les petits hôtels acceptent de garder quelques affaires le temps de la randonnées.

A l'intérieur du parc, les sentiers sont bien balisés, et il y a des transports à l'intérieur comme des bus ou des bateaux, qui se prennent très facilement. Pour les hébergements en refuge, il vaut mieux réserver en avance pour être sur d'avoir une place. Ils sont assez chers, surtout qu'il faut payer pour manger (il n'y pas de cuisine) et même pour avoir des draps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *