Le mémorial de Caen

Nous avons choisi de commencer notre journée sur les traces du débarquement par le Mémorial de Caen. Les sites du débarquement comptent de nombreux musées consacrés à cet épisode de l'histoire, le mémorial de Caen permet lui de se remémorer les épisodes de la seconde guerre mondiale, de contextualiser pour mieux se rendre compte de la portée de cet épisode historique. La visite est chronologique: on commence en 1918, pour comprendre les différents éléments qui ont fait éclater la guerre en 1939 (la crise de 29, la montée des totalitarismes,...), puis les différentes étapes de la guerre, avec la défaite française, l'occupation, la shoah (qui est une partie très émouvante) ou encore la résistance.

Pour finir, une partie est consacrée au Débarquement, retraçant le déroulement de l'opération Neptune, sur les 5 différentes plages, et les différentes troupes des pays qui y ont participé (États-Unis, Canada et Royaume-Uni). Ensuite, les différentes étapes de la libération du pays sont détaillées, en commençant par les étapes de la bataille en Normandie. De quoi nous mettre à l'esprit tous les éléments pour la visite des plages.

Le mémorial a été construit sur un ancien bunker Allemand, qui coordonnait les activités militaires des environs. On peut se rendre à l'intérieur de ce long couloir, où sont exposés des objets servant aux militaires allemands, accompagnés d'informations intéressantes sur la présence allemande dans le Calvados ou sur le mur de l'Atlantique.

La scénographie du Mémorial de Caen est très bien faite, il y a des explications claires (avec des panneaux adaptés aux enfants), des objets et costumes, des visuels (affiches, films). Le tout est très bien rythmé, c'est un musée où on a plaisir à aller et apprendre, malgré le prix un peu élevé (19 euros pour les adultes). Prévoir au moins 3 heures pour visiter le musée.

Courseulles sur Mer

Nous arrivons dans la petite station balnéaire de Courseulles sur Mer, dont le nom de code était Juno Beach, où ont débarqué les Canadiens. Comme partout, il y a un musée et un mémorial, mais nous nous sommes juste baladés sur la plage.

Arromanches

Direction la ville d'Arromanches, nom de code: Gold Beach. Depuis les hauteurs on voit déjà les restes du port artificiel qui a été construit en quelques heures pour débarquer du matériel à terre, en attendant que celui de Cherbourg soit libéré. C'est un exploit technique assez incroyable, dont les restes se détruisent peu à peu dans la mer et sur la plage. Arromanches est un incontournable, qui donne un peu de concret à cet épisode de l'histoire.

On s'est arrêtés en hauteur, où on profite d'une vue panoramique sur toute la baie. A cet endroit il y a un parking (3 euros pour une voiture) et le cinéma "Arromanches 360" où nous n'avons pas été. Un chemin (bien indiqué) permet de rejoindre à pied la plage et le centre ville d'Arromanches en une dizaine de minutes. Le bourg semble vivre autour de la mémoire du débarquement, il y a même un musée à visiter. On s'est baladés sur la plage, pour s'approcher des restes des flotteurs et d'un embarcadère.

 

Colleville sur mer

Colleville sur Mer est plus connue sous le nom d'Omaha Beach, où ont débarqué les américains. Nous nous sommes d'abord rendus à la plage, où nous avons découvert les restes d'un bunker allemand sur les hauteurs. C'est impressionnant de visiter ces galeries de béton construites pour défendre les côtes.

L'endroit à visiter est le cimetière américain de Colleville sur Mer. Petit bout de terre américaine au milieu de la Normandie, ce lieu de mémoire est immense et grandiose. Au milieu de bosquets verdoyants, avec une vue sur la plage d'Omaha, des croix blanches à pertes de vues sont dressées, pour tous les soldats qui ont perdus la vie pendant cette campagne en Normandie. Certaines ont un nom, certaines n'en ont pas. C'est un lieu très émouvant, on pense à ceux qui se sont sacrifiés sur nos plages pour notre liberté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *